Un Triomphe

Inspiré de faits réels, Un Triomphe raconte l’histoire d’Etienne, un comédien en galère qui est chargé d’animer un atelier théâtral à un groupe de détenus dans une prison. Petit à petit, Etienne va se prendre d’affection pour ces délinquants au point de leur proposer de monter la pièce En attendant Godot, de Samuel Beckett. Mais un tel projet, extrêmement ambitieux, va demander beaucoup d’énergie à l’ensemble des protagonistes au point que certains ne s’en sentiront pas capables…

S’il souffre peut-être de quelques longueurs et de quelques répétitions, Un triomphe n’en demeure pas moins un sympathique long-métrage qui met en avant la puissance du théâtre. On apprécie de voir ces apprentis comédiens essayer de donner vie à une pièce absurde qui est pourtant beaucoup plus proche d’eux qu’il n’y parait. Certaines scènes donnent lieu à des situations cocasses où le langage pointilleux de Beckett contrastent parfaitement avec le franc-parler des prisonniers. Toute la préparation de la pièce, ainsi que les premières répétitions, font partie des meilleurs moments du film. Il est vrai que par la suite, le long-métrage bascule vers quelque chose d’un peu plus prévisible, s’il l’on excepte peut-être la toute fin. Quoi qu’il en soit, on apprécie le message transmis par le réalisateur qui met en avant les bienfaits du théâtre et la volonté de fer de cet acteur qui voit avant tout des apprentis comédiens au lieu des hommes enfermés pour des crimes parfois atroces. D’ailleurs, comme lui, le spectateur ne connait pas les raisons d’emprisonnement de ces délinquants. Cet élément permet de renforcer le capital sympathie que l’on éprouve face à ces prisonniers.

On reste toutefois dans une approche assez classique en ce qui concerne les aspects techniques, qu’il s’agisse de direction artistique ou de mise en scène. Ce sont finalement les comédiens qui portent tout le poids du récit sur leurs épaules. En bon capitaine, Kad Merad étonne par sa sobriété qui n’efface toutefois jamais la chaleur humaine et la détermination du personnage. Les comédiens incarnant les détenus sonnent plutôt juste et l’on suit leur évolution avec un intérêt marqué.

Sans révolutionner le genre, Un Triomphe fait partie de ces petites histoires insolites qui méritent tout à fait leur passage sur grand écran, en plus de mettre en lumière l’une des pièces de théâtre les plus célèbres.

+ : le message sur les bienfaits du théâtre

 : des éléments artistiques classiques

LA scène : les répétitions de manière générale

  • Note : 3,5 / 5

La bande-annonce:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.