The King

Netflix nous gâte en cette fin d’année et avant de découvrir The Irishman de Martin Scorsese, la plateforme a mis en ligne The King, réalisé par le cinéaste australien David Michôd. S’inspirant librement des pièces de Shakespeare Henry IV et Henry V (mais en n’utilisant pas ses textes), le film raconte l’accès au trône et les premières années du règne du jeune roi d’Angleterre Henry V. Ce dernier hérite d’un royaume divisé et en proie à la guerre civile qu’il tente d’apaiser. Il devra très vite faire ses preuves et montrer à ses sujets qu’il est digne de la couronne, en partant notamment en guerre contre la France.

Sans doute l’un de mes genres cinématographiques préférés, le film historique se fait de plus en plus rare dans les salles obscures ces dernières années, peut-être à cause du budget élevé qu’il requiert et du manque à gagner pour les gros studios. Vous comprenez donc mon excitation quand un projet comme The King est annoncé et que le rôle-titre est en plus confié à Timothée Chalamet, mon gros coup de cœur du moment. Il y avait donc très peu de chance pour que ce film me déçoive et effectivement, j’ai passé un très bon moment devant ce long-métrage.

Bien évidemment, ceux qui connaissent la véritable histoire du roi, ainsi que les œuvres de Shakespeare, ne seront pas surpris par l’issue du film. Néanmoins, l’intérêt persiste grâce notamment au soin apporté au portrait de ce jeune roi et à la complexité de sa fonction. Le film prend ainsi son temps pour développer la personnalité d’Henry et peser le poids de ses décisions, avant de culminer dans une célèbre bataille. Il est vrai que le montage plutôt calme et la mise en scène posée, mais très soignée, de Michôd risque de ne pas plaire à tout le monde. La caméra bouge assez peu, mais le cinéaste cadre magnifiquement ses scènes, en plus de bénéficier de la belle photographie d’Adam Arkapaw qui joue beaucoup avec les contre-jours. Certains trouveront peut-être le temps long, mais il faut interpréter ses choix artistiques comme le calme avant la tempête, à savoir une bataille âpre et rude, qui aurait peut-être méritée d’avoir une durée prolongée. The King n’est donc pas un film d’action à proprement bien parlé, mais bien un récit sur l’avènement d’un roi et le poids de sa couronne.

Comme expliqué plus haut, vous me pardonnerez mon manque d’objectivité face à la performance de Timothée Chalamet que j’ai trouvé très à l’aise dans un rôle plus complexe qu’il n’y paraît. Tout comme son personnage, l’acteur reste constamment concentré sur son devoir de roi et ne cherche jamais l’excès. Et les quelques scènes où il laisse éclater ses émotions font partie des plus réussies du film, je parle notamment du fameux discours avant la bataille : ces scènes ont beau toutes se ressembler, elles restent terriblement efficaces. Timothée Chalamet peut également compter sur la finesse du jeu de ses partenaires, en particulier Joel Edgerton (qui s’est aussi chargé du scénario), excellent dans le rôle dans son ami Falstaff, et Sean Harris, un habitué des films en costumes. Le petit bémol revient peut-être à Robert Pattinson qui, en plus d’avoir choisi un accent français qui frôle le ridicule, en fait parfois un peu trop.

Emmené par un Timothée Chalamet qui montre à nouveau toute l’étendue de son talent, The King ravira sans doute les adeptes des fresques historiques et les passionnés de l’histoire de l’Angleterre, toujours fascinante.

 

+ : Timothée Chalamet et la photographie

 : l’accent français de Robert Pattinson

LA scène : le discours avant la bataille

  • Note : 4 / 5

 

La bande-annonce :

 

9 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.