The Dead Don’t Die

Bien que le Festival de Cannes soit l’un des plus grands rendez-vous de l’année pour le cinéma, il n’a jamais fait partie de mes festivals préférés. J’admets toutefois que la programmation de cette édition est plutôt alléchante et j’ai profité d’une avant-première dans mon cinéma pour visionner le film d’ouverture comme les festivaliers : The Dead Don’t Die, réalisé par Jim Jarmusch. J’avoue que ce long-métrage constituait ma première découverte de l’univers du cinéaste américain, la critique ne pourra donc pas replacer cette œuvre dans la filmographie (mais peut-être que ce n’est finalement pas une mauvaise chose).

The Dead Don’t Die se déroule dans une petite ville américaine. Plutôt tranquille en apparence, elle va toutefois être le terrain d’événements étranges qui aboutiront sur une invasion de zombies qu’un trio de policiers va tenter d’arrêter.

Le résultat est bien éloigné du film de morts-vivants que laisse présager le synopsis. Même s’il est difficile de le classer dans une catégorie précise, The Dead Don’t Die se rapproche davantage de la comédie ou de la satire que du film d’épouvante. Plus le récit avance, plus Jim Jarmusch en profite pour émettre des critiques envers la société, mais pas toujours de façon subtile, comme en témoignent les scènes finales au discours très appuyé.

Il faut dire également que le film prend son temps : cette lenteur, qui semble totalement assumée par Jarmusch, risque sans doute de ne pas plaire à tout le monde. Elle se ressent aussi dans la mise en scène, parfois très statique, qui aime s’attarder longuement sur certaines scènes. De même, cet humour si particulier, composé de scènes aux allures presque absurdes, ainsi que d’un côté méta (comprenant aussi de nombreuses références cinématographiques) pourra peut-être déstabiliser certains spectateurs. Ces éléments ont plutôt bien fonctionné pour moi, même si le comique de répétition atteint des limites, mais il y a fort à parier que ce genre de blagues ne soient pas au goût de tous.

En revanche, peu de reproches pourront être faits au casting cinq étoiles. Outre les seconds anecdotiques, on retiendra surtout l’excellent trio de policiers interprétés par Bill Murray, Adam Driver et Chloé Sévigny. Si cette dernière incarne une flic plus sensible et plus expressive, les deux autres forment un savoureux duo de pince-sans-rire complètement dépassé par la situation. Mais la meilleure composition revient à Tilda Swinton, totalement déjantée dans ce rôle d’une croque-mort au fort accent écossais.

Film plutôt étrange et difficile à cataloguer, The Dead Don’t Die divisera probablement les spectateurs. Pour ma part, il s’agit d’un début de croisette en demi-teinte.

 

+ : le casting

– : trop mou

LA scène : lorsque le trio de policier est rejoint par la croque-mort

  • Note : 2,75 / 5

 

La bande-annonce :

 

Un commentaire

  1. Pas au goût de tous, mais à mon goût 😉
    J’aime Jarmusch, et si celui-ci ne comptera pas parmi mes préférés, il a au moins le mérite d’offrir quelque chose d’inattendu à son œuvre.
    Je suis ravi qu’il puisse également plaire à une spectatrice qui n’est pas familière de sa filmo.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.