A Quiet Place Part II

A Quiet Place avait été la bonne surprise de 2018. Si le film tenait la route en tant qu’œuvre unique, son succès au box-office et chez les critiques ont donné le feu vert à John Krasinski pour continuer à narrer l’histoire de la famille Abbott. Cette suite, sobrement intitulée A Quiet Place Part II, reprend quelques minutes après le premier volet : Evelyn et ses trois enfants ont survécu à une violente attaque des créatures monstrueuses sensibles au bruit et décident de partir de leur maison dans l’espoir de trouver d’autres survivants. Bien évidemment, la route risque d’être semée d’embûches et extrêmement dangereuse, surtout avec un nouveau-né dont les pleurs risquent d’attirer les monstres…

On pouvait craindre que le concept soit redondant et que le film ne soit qu’une pâle copie de son prédécesseur mais ce n’est pas le cas. Au contraire, John Krasinski parvient à raconter de nouvelles péripéties tout en gardant les thèmes qui lui sont chers. Comme le premier volet, le long-métrage parle avant tout de la famille et de l’amour qui les unit. C’est encore le cas dans cette suite, mais avec une place encore plus importante donnée aux deux enfants, brillamment interprétés par Millicent Simmonds et Noah Jupe, qui deviennent les véritables héros au centre du récit. Toujours exceptionnelle, Emily Blunt est un peu plus en retrait, tout en livrant à nouveau une partition sans faute. On notera également la très bonne performance de Cillian Murphy, qui interprète un nouveau personnage très mystérieux (je n’en dis pas plus, il faudra se rendre dans les salles pour découvrir son rôle 😉 )

Mais c’est surtout dans sa forme et dans sa réalisation que le film fonctionne à merveille. Dès le sublime prologue qui revient sur le jour de l’arrivée des créatures, la tension est palpable au point que le spectateur cesse de respirer jusqu’à la toute fin. En sortant de la maison qui servait de décor principal au premier film, John Krasinski étend aussi sa mise en scène et peut jouer avec davantage de décors. S’il y avait une petite chose que l’on pourrait reprocher au cinéaste, c’est peut-être d’abuser parfois un peu trop du même schéma narratif lorsque les monstres attaquent. Certaines scènes deviennent alors quelque peu prévisibles, mais sans pour autant que l’on s’en lasse car elles restent efficaces.

Et le travail considérable sur le son permet également justement d’éviter d’avoir un film construit sur un seul et même concept. En effet, comme dans le premier, le spectateur se retrouve parfois dans la peau de Regan, la fille sourde de la famille, tandis que d’autres moments se basent beaucoup sur la musique de Marco Beltrami. Cette diversité de points de vue et de techniques donne du rythme au film qui file ainsi à la vitesse de l’éclair.  

En plus de permettre aux spectateurs de vivre une expérience cinématographique riche et intense, A Quiet Place Part II touche par la puissance de son récit et la fine écriture de ses personnages. De l’excellent cinéma comme on l’aime !

: les acteurs, en particulier les enfants

– : les jump scares souvent fondés sur le même principe

LA scène : la dernière (et le prologue)

  • Note : 4,5 / 5

La bande-annonce :

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.