Fifty Shades Darker

fifty-shades-darker

2 ans après Fifty Shades of Grey, c’est à reculons que je suis allée découvrir la suite des aventures d’Anastasia et Christian avec une seule idée en tête : peut-on faire pire que le premier ? La réponse est oui. Alors autant vous prévenir tout de suite, cette critique ne sera absolument pas tendre avec ce film.

Je ne sais même pas par où commencer tellement il y a de choses qui ne vont pas. Impossible de vous résumer l’histoire car il n’y en a pas. Le film est un simple enchaînement de scènes sans queue ni tête qui n’ont pratiquement aucun lien les unes par rapport aux autres. Rien n’est cohérent, ni logique. On n’a jamais d’élément perturbateur qui pourrait créer un semblant d’intrigue. J’avais évoqué dans ma critique de Fifty Shades of Grey le fait que le film n’était qu’une grande scène d’exposition : c’est également le cas ici. Rien ne se passe. On s’ennuie ferme. Et la pseudo-tentative d’insérer du suspense et des éléments « mystérieux » est ratée.

De plus, les personnages sont inconsistants, ils changent d’avis et de comportement toutes les trente secondes. Les dialogues dans les livres ne ressemblaient déjà pas à du Shakespeare mais la transposition sur grand écran ne les a pas améliorés : ils sont d’une platitude sans nom comme j’ai rarement eu l’occasion d’en voir. Tout cela ne s’arrange bien évidemment pas lorsque vous avez deux acteurs principaux complètement hors-sujet. Dakota Johnson est insipide et Jamie Dornan est tout simplement perdu (je me répète mais si vous voulez vraiment apprécier son jeu, regardez la série The Fall !). Si, effectivement, leur alchimie semble s’être un poil améliorée par rapport au premier, on ne croit toujours pas à leur histoire. Les scènes de sexe sont répétitives et mal filmées. Pas la peine d’évoquer le SM, il est encore plus soft que dans le précédent opus. Finalement, était-il nécessaire de caster Kim Basinger pour un rôle aussi plat qu’inutile ? Je ne pense pas.

Si l’histoire est une catastrophe, sachez que la forme n’est pas géniale non plus. Entre les faux-raccords, les plans ratés, la musique envahissante et les placements de produits, on se demande vraiment comment la sortie du film a pu être autorisée.

Il n’y a rien à sauver. Absolument rien. Et quand à la sortie de la salle, j’entends des personnes ayant bien aimé le premier dire qu’il ne se passe rien dans celui-là, je crois que ça montre véritablement l’ampleur des dégâts.

Le vide intersidéral.

 

+ : rien

– : tout

LA scène : le générique de fin ?

  • Note : 0 / 5  (je ne pensais jamais devoir mettre en dessous de 1/5 mais franchement, je n’ai pas pu faire autrement)

 

 

 

16 commentaires

  1. Ma collègue est allée le voir hier soir et elle a bien aimé. Elle m’a dit qu’il était plus soft et qu’elle avait passé un bon moment. Bon après ce n’est pas le film du siècle et de là à aller le voir au cinéma.. Je ne suis pas sûre de me laisser tenter.. Et puis si je dois aller au ciné prochainement c’est pour Lalaland ! 😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.